An exceptional travel to Porto at the end of July

A fun, easy going place to talk about any wine and food related topic or issue. This is a real names board. You will need to register with your real first and last name before being able to post.
laurent gibet
Serious Poster 90 Pts
Posts: 298
Joined: Mon Jan 31, 2011 8:57 am

An exceptional travel to Porto at the end of July

Postby laurent gibet » Mon Aug 07, 2017 7:32 am

Incredible days :

Do Noval Porto Nacional 2003 : 19,5/20
Palette aromatique stylée, d’une folle complexité : notable floralité (rose, violette), réglisse, cuir, fumée, tabac, genièvre. Beaucoup de contenance dans cette puissance d’une insigne finesse. Rare, presque parfait ; Pépite inoubliable, comme en lévitation (et sur ce millésime, totalement à la hauteur de sa réputation), qui nous entraînera au nirvana, sur cette magnifique terrasse de la Quinta da Colmaça, au milieu de vignes et des orangers et des oliviers. Je ne lésinerai pas sur les qualificatifs pour le désigner : souverain, titanesque, tantrique, yoguique , …




Taylor Vargellas Vinha Velha 2009 : 19/20
Comme dans le cas de Nacional 2003, on est conquis, sur ce vin rare et réputé, par un style étincelant, en sustantation. Ecrin aromatique complexe : agrumes, cerise confite, gelée de fraises/myrtilles, fumée, cacao, gingembre, cardamome. Tenue, finesse et irradiation pour un vin encore à peine fougueux, persistant. Sublime.

Barbadillo Zerej II oxidativa de vuelta y media Obispo Gascon bota seleccionada (magnum) : 19/20
Bu au restaurant Annua de San Vicente de la Barquera. On se délecte d’un rancio considérable, qui rivalise avec les meilleurs vins produits par Equipo Navazos.

Bairrada Bussaco Branco Reservado 1955 : 19/20
Encruzado, Maria Gomes, Bical.
On tombe ici d’emblée sous le charme d’un bel assortiment de senteurs élaborées : orange miel, terpènes, eucalyptus, crème brûlée, fumée, mangue, citron vert (avec une sensible évocation de muscat). Vénérable vin blanc impressionnant, très long, très complexe, parfaitement équilibré, longuement porté par de subtils amers. Sa profondeur de goût rappelle les meilleures réalisations de la Coulée de Serrant, du Clos Joliette voire de Tondonia (Lopez de Heredia).

Taylor Tawny 40 years : 19/20
Merveilleux rancio, pour une finale complexe, interminable.




Taylor Very old Single Harvest 1967 : 18,5/20
Une colheita de grande classe, qui relaie un rancio somptueux.

Quinta da Gaivosa Tawny 20 ans : 18,5/20
Remarquable caractère, pour une production ranciotée (confiture de fruits rouges et noirs, marmelade d’orange, cacao, épices, fruits secs, Jabugo, camphre, Havane, …), millimétrée, qui joue dans la cour des grands, grâce à son aspect aérien hors norme. Un vin en suspension … sans aucune lourdeur, à l’alcool génialement intégré. Bref, il a tout.

Dow's 1985 : 18,5/20
Puissant, sur un festival de senteurs pures : fruits secs, fumée, tourbe, graphite, goudron … Subtil pour autant. On le dira minéral (accroche et relief remarquables), comme le style de la maison le veut.

Bonneau du Martray Corton-Charlemagne 1995 : 18,5/20
Sans surprise, un “Côte de Beaune” haut de gamme, minéral, concentré et fin, prêt à boire. Pensé Grivault Clos des Perrières.

Châteauneuf-du pape Rayas rouge 2008 : 18,5/20
Seconde rencontre et toujours ce style inimitable (fruité, floral, épicé), excitant et élégant. Se boit bien dès aujourd’hui.



Champagne Philipponat Clos des Goisses 1996 : 18/20
Effervescence de haut vol, avec au départ une évocation de cacao. Matière pleine, démonstrative, énergique (très 1996). Pensé à Selosse.

Domaine de l’Arlot Vosne-Romanée Suchots 2008 : 17,5/18
Comme attendu, on apprécie ici un enchantant concert aromatique (épices, framboise, fleurs fraîches) tel que peut le produire le pinot bien travaillé. Chatoyant, fractal, joyeux, tonique. Un pinot qui chante …

Sainte-Croix-du-Mont Loubens 1983 : 17/20
Comme souvent pour ce domaine, il faut laisser à la liqueur le temps de s’ébrouer dans le verre. Plus toute jeune pourtant, elle se purifie et se densifie alors, dévoilant des goûts réussis de coco, d’ananas, de safran, avec une belle fraîcheur mentholée. Un beau challenger, qui se sirote avec délectation.

Malaga Jorge Ordonez n°2 Victoria 2015 : 17/20
Légère volatile pour une liqueur muscatée, fine, aérienne, ornée d’une délicieuse saveur de jasmin.

Niepoort Colheita 1998 : 18/20
Rancio incitant (cardamome, agrumes), de belle ampleur.

Barolo Rinaldi Brunate 2011 : 18/20
Vin complet, fruité, floral, avec des agrumes, du quinquina, fleurant vraiment le nebbiolo. Substrat mûr, frais, tannique, qui se déguste avec beaucoup d’entrain.
Rappel :
Barolo Rinaldi Brunate 2011 : 18,5/20 – 23/11/2016
Un grand Barolo, fruité, floral, sur le quinquina, les épices (toutes notes portées par une volatile convenablement typée). L’ensemble est d’une immense délicatesse (et de cette admirable buvabilité que ne pourra pas revendiquer le vin suivant).

Dom. Laurent Charmes-Chambertin 1993 : 18/20
Impression initiale de syrah (bacon) puis, peu à peu, le cépage se dévoilera. Matrice cohérence, directive (mais sans férocité), bien affinée par l’âge, vectrice de saveurs florales et épicées.

Equipo Navazos Montilla-Moriles Oloroso Bota 46 : 18/20
Rebelote avec un vin de Pedro Ximenez très noble. A noter que l’amontillado Bota NO n°61 bu en début d’année était grandiose (18,5/20). Fève de tonka et réglisse marquée pour une finale où l’alcool ne se dissimule pas (défaut pardonnable, ne chipotons pas, mais il est vrai que ce vin n’a pas la perfection formelle du Palo Cortado n°52 déjà rencontré 2 fois à très haut niveau).
Rappel :
Montilla-Moriles Oloroso 46 Equipo Navazos : 18/20 – 12/11/2016

Luis Pato Bairrada Vinha Pan 1996 : 16,5/17
On apprécie ici la qualité des vins évolués du domaine (souvent goûté les 1997). Vin au bouquet complexe, frais, avec de la force, tannique, truffé. On passe par le sangiovese, par Pessac (ce côté fumé).

Luis Pato Bairrada Vinhas Valhas 1988 : 17/20
Ici aussi, on profite d’une projection tertiaire racée et longue en bouche. La tannicité n’exclut pas la finesse. Selon les gorgées, on se trouve projeté vers Chinon, Bandol ou Cahors (cet aspect tannique et mentholé).

Barolo Luigi Pira Marenca 2011 : 17/20
Puissant, distingué avec sa floralité bien présente (au départ, j’ai pensé à La Prevostura en Haut-Piémont mais ici de fait, la matière possède une grande puissance pour rester sur Barolo). Quinquina, réglisse et une superbe mâche (finale tannique, comme il se doit), autoritaire mais sans brutalité. Force, retenue, promesse …

Valpolicella Classico Superiore Tedeschi La Fabriseria 2006 : 18/20
Un grand vin de Vénétie, généreux (surmaturité ?), très net, d’un superbe jus élégant. Les arômes concernent la cerise confite, les fleurs (capiteuses), les épices. Bouche précise, en averse gustative, offrant une légère douceur (pour pronostiquer Amarone).

Bairrada Bussaco Branco Reservado 2001 : 17,5/18
On hume ici de beaux parfums : épices, résine, citron confit. Bouche puissante, longue, cohérente.
Rappel – dégustation de vins portugais (20 mai 2016, cr par Attila Aranyos) :
29. Vignoble de Bairrada - Bussaco (Alexandre d’Almeida) : Vinho de Mesa "Buçaco Branco Reservado" 2001
(Arinto, Bical) - 45 €
DS17,5 - AA17,5/18 - CDC17 - MS17,5 - LG17
Robe dorée, scintillante.
Odeurs complexes et invitantes de poire pochée, de pêche, de citron confit, de nougat, de résine, de pierre à fusil, avec une signature balsamique et terpénique. Bouche en pleine forme, toujours jeune et vigoureuse, ample mais sans lourdeur, armée d’une tension superbe, filant droit et loin sans broncher. Difficile de s’arrêter au premier verre…

Graham’s 2000 : 17,5/18
Comme lors de la dégustation en 2008 à Vila Nova de Gaïa, nous trouvons ici un Porto de grand caractère. Finesse, douceur (un style plus enrobé que Dow’s).
Rappel – août 2008 :
Graham's 2000 : 18,5/20
Corpulence, cohérence, puissance (cerise confite). Assez magistral dans sa profondeur de champ.

Dow’s Tawny 30 ans : 18/20
Sublime rancio (ah, ces notes de Bellota !), sans lourdeur. On pense ici à cette formidable réussite que constitue le tawny 20 ans d’Alves de Souza.

Graham’s Tawny 40 ans : 18/20
Grande réussite également, plus évoluée/solaire/torride, presque dans un registre de Cognac.

Graham’s Very old single harvest Port 1972 (mis en bouteille en 2015) : 17,5/18
Une colheita figuée, épicée, grasse, évoquant un peu un Madère (Boal) voire un cream andalou. Haut niveau mais sans la vibration subtile (obtenue grâce au patchwork), que l’on trouve dans les meilleurs vins assemblés.

Dow’s Quinta do Bonfim 2005 : 17/20
Très agréable vintage.

Taylor 1994 : 18/20
Sans surprise, un vintage très conséquent.

Return to “Wine & Food Talk”

Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 2 guests