Giuseppe Mascarello's great Barolos + a few others

A fun, easy going place to talk about any wine and food related topic or issue. This is a real names board. You will need to register with your real first and last name before being able to post.
laurent gibet
Serious Poster 90 Pts
Posts: 296
Joined: Mon Jan 31, 2011 8:57 am

Giuseppe Mascarello's great Barolos + a few others

Postby laurent gibet » Thu Dec 15, 2016 5:42 am

Italie
Azienda Agricola Giuseppe Mascarello e Figlio
Vendredi 02 décembre 2016





La dégustation a été préparée de longue date par Maxime France.
Le compte-rendu est écrit par Laurent Gibet.


Quelques commentaires de contexte :
- Vins servis par trois, étiquettes découvertes.
- Les verres utilisés sont les « Authentis n°1 » de Spiegelau.
- Nombre de convives : 11
DS : Didier Sanchez – MS : Miguel Sennoun – LG : Laurent Gibet – PR : Philippe Ricard – MF : Maxime France – AA : Attila Aranyos – FM : François Martinez.






Pour accompagner les vins

Gressini/Jambon noir de bigorre/ Tartines au lard de colonnata
Bruschetta de foies de volailles au thym
Vitello tonato
“Carne cruda” taillée au couteau
Polenta crémeuse et lard de colonnata
Osso Bucco
Fromages
Choux Vanille






1. Giuseppe Mascarello : Dolcetto D’Alba “Vigna Santo Stefano Di Perno” 2012
DS14,5 - PR15 - LG15 - MS14,5/15 - FM14,5 - AA14,5 - MF14
Floral et fruité, avec un aspect un peu terreux (cabernet-franc ?, gamay sur Morgon ?). Un dolcetto de haut vol, bien calibré, parfumé, gouleyant.



2. Giuseppe Mascarello : Barolo “Villero” 2012
DS? - PR16/16,5+ - LG16,5 - MS15,5 - FM16 - AA15,5+ - MF15,5
Robe claire (on est sur Castiglione Falletto). Clafoutis, écorce d’orange et épices se côtoient dans un ensemble curieusement boisé (un peu comme dans le cas des vins de la Ribera del Duero, qui doivent eux leur note de noix de coco à l’élevage en fût). Fermeté tannique, acidité et alcool signent le cépage.



3. Giuseppe Mascarello : Barolo “Vigna Santo Stefano di Perno” 2012
DS16 - PR17,5+ - LG17 – MS17 - FM17,5 - AA17+ - FM16,5
Robe plus foncée (on est sur Monforte). Expression plus sombre/terrienne/virile, dotée d’une forte mâche. Terre remuée, cerise noire et épices pour une allure carrée, finissant sur une amertume saine.



4. Giuseppe Mascarello : Barolo “Monprivato” 2012
DS17,5/18 - PR18+ - LG18,5 - MS18 - FM17,5 - AA18+ - MF17,5
Nez fermé dans lequel on devine ces sublimes senteurs piémontaises que l’on retrouvera tout au long de la dégustation : terre humide, fleurs, fruits rouges, épices, quinquina, agrumes. Grande distinction aromatique et structurelle, puissance minérale (craie), aérienne, pour un vin pourtant très concentré, la finesse de grain précédant une magistrale finale réglissée. Maxime s’amuse à imaginer cette cuvée comme un mélange des deux autres. Sur ce terroir, on sent en tout cas d’emblée que l’on va évoluer dans la cour des grands (vins rouges du monde).



5. Giuseppe Mascarello : Barolo “Villero” 2011
DS15,5/16 - PR17 - LG16,5/17 - MS16,5 - FM17 - AA16 - MF17
Délicatesse florale, fruitée et épicée pour une trame pleine de vie. Le vin se montre abordable, cohérent, gourmand, d’une certaine douceur (le millésime, généreux, l’explique).



6. Giuseppe Mascarello : Barolo “Vigna Santo Stefano di Perno” 2011
DS16,5 - PR17,5 - LG17 - MS17,5/18 - FM17 - AA17,5 - MF16,5
Pointe de volatile et richesse accrue (gelée de fruits) pour ce vin terrien, fougueux, long.



7. Giuseppe Mascarello : Barolo “Monprivato” 2011
DS17,5 - PR18 - LG18 - MS18,5 - FM18 - AA18 - MF18
Grand jeu ici, avec de la gelée de fraises, des inflexions crayeuses, du quinquina, des tonalités balsamiques. Complet/complexe, puissant et fin, plus épanoui que le 2012. Je repense alors aux deux magnifiques 2011 bus récemment (Brunate de Rinaldi et Parafada de Massolino).

Rappel : Giuseppe Mascarello Barolo Monprivato 2011 : novembre 2015 - 17,5/20 (LG)
Joli puits de senteurs en accueil : écorce d’orange, fumée, gelée de cerises, miel, résine, agrumes. Matrice ample, d’un raffinement notable, guidant ces magnifiques arômes sur une belle longueur. Comme c’est le cas pour les meilleurs vins de la région, le quinquina apporte une amertume salivante (on sait l’amertume tellement appréciée dans cette belle région) et la fraîcheur est au rendez-vous dans un triptyque acide/tannin/alcool d’un remarquable équilibre.



8. Giuseppe Mascarello : Barolo “Villero” 2010
DS16 - PR17,5 - LG17 - MS17 - FM17 - AA16,5+ - MF16,5
Superbes arômes pour cette cuvée, qui s’étoffe sur ce millésime fécond. Fleurs intenses, grenadine. Forte présence tannique pour des saveurs mûres, réglissées.



9. Giuseppe Mascarello : Barolo “Vigna Santo Stefano di Perno” 2010
DS15,5 - PR16,5+ - LG(15,5) - MS16 - FM17 - AA15,5 - MF15,5
Particulièrement riche, avec de la volatile. Le vin se montre renfermé, masculin, terreux, pour une finale heurtée, rébarbative (tannins revêches et un taux d’alcool prononcé ayant tendance à déstabiliser le vin). J’ai peur qu’il finisse par imploser.



10. Giuseppe Mascarello : Barolo “Monprivato” 2010
DS17- PR18+ - LG18+ - MS18+ - FM18 - AA17,5+ - MF17,5
Ici aussi, on ressent la générosité du millésime. On devine de très beaux atouts mais le vin reste encore réticent. Le nez est toutefois assez jaillissant, crayeux de nouveau, la bouche exprimant la maturité du fruit par des flaveurs de vin de liqueur (floc, pineau). Les éléments constitutifs de ce grand vin ne sont donc pas encore en place mais on ne peut guère douter de sa continuité en bouche, pour une sacrée profondeur de champ.



11. Giuseppe Mascarello : Barolo “Villero” 2009
DS17,5 - PR17,5/18 - LG17,5 - MS17,5 - FM17,5 - AA17,5 - MF17,5
Vin mûr présentant une belle chair. Le volume est appréciable, la complexité au rendez-vous. Trame réglissée, raffinée (avec un côté bouquet de fleurs fraîches), sapide, persistante.



12. Giuseppe Mascarello : Barolo “Vigna Santo Stefano di Perno” 2009
DS17 - PR18/18,5 - LG18 - MS17,5/18 - FM18 - AA16,5 - MF17
Sur ce millésime, la cuvée s’exprime brillamment, avec beaucoup plus de maîtrise que dans le cas du 2010. Longue présence en bouche, florale (jacinthe), épicée, fruitée, minérale. La maturité du fruit compense bien la générosité tannique.

Rappel : Giuseppe Mascarello Barolo Santo Stefano di Perno 2009 : novembre 2015 - 16,5-17/20 (LG)
Nez typé. Bouche fine et persistante, sur la cerise, le quinquina.



13. Giuseppe Mascarello : Barolo “Monprivato” 2009
DS19 - PR19 - LG18,5/19 - MS19 - FM19 - AA19 - MF18,5
Dans une série de haut niveau, ce vin s’avère réellement exceptionnel, très complexe (subtile intrication de terre, rose, framboise, kumquat, épices, réglisse, résine, châtaigne, ...), doté d’interminables saveurs fraîches. La sève et l’équilibre sont époustouflants, comme évidents (l’évidence des vins de classe mondiale). Puissance délicate, enivrante.



14. Giuseppe Mascarello : Barolo “Villero” 2008
DS16,5 - PR18 - LG16,5/17 - MS17,5 - FM15 - AA17,5/18 - MF17
Barolo classique pour une sève dense, qui ne lâche rien (dans les deux sens du terme). Elle est très dynamique mais on peut ainsi lui reprocher sa compacité, pour un manque de complexité gustative.

Rappel : Barolo Giuseppe Mascarello Villero 2008 : 6/2/2015 (LG)
Robe claire. Quinquina, guignolet, fraise et un sensible fond tannique. Ce vin faussement frêle me rappelle le Barolo 2010 de Burlotto.



15. Giuseppe Mascarello : Barolo “Vigna Santo Stefano di Perno” 2008
DS? - PR15,5 - LG15 - MS16 - FM16 - AA16 - MF15,5
Comme dans le cas du Villero 2012, je suis ici de nouveau perplexe face à une touche parasite, boisée. Cette note de coco est un désagrément qui dépare un vin pourtant longuement élevé à l’ancienne, en grands foudres. Peu convaincant, raide, trop simple et trop court.



16. Pirate : Châteauneuf du Pape : Pignan 2008
DS18 - PR18,5/19 - LG18,5 - MS18,5 - FM19 - AA19 - MF18
Encore un bijou d’Emmanuel Reynaud, impeccable, portant des saveurs d’épices, de savon d’Alep, de grenade, de fleurs. Eblouissant avec son magnifique délié, très sensuel. Même niveau qualitatif que Rayas 2008.



17. Pirate : Brunello di Montalcino : Azienda Agricola San Giuseppe de Stella di Campalto Riserva 2009
DS17,5/18 - PR18,5 - LG18 - MS17,5 - FM18,5 - AA18,5 - MF17,5
Velouté de trame pour un grand vin, élégant, bouqueté (cuir, épices), terminant sur des goûts d’orange amère fins et frais. Difficile de distinguer le sangiovese du nebbiolo, dans ce contexte. Déjà viandé, il a peut-être évolué un peu vite.



18. Giuseppe Mascarello : Barolo “Vigna Santo Stefano di Perno” 2007
DS15,5 - PR16,5 - LG15 - MS16 - FM15 - AA17 - MF15,5
Ce 2007 se montre vraiment peu harmonieux, brusque (tannins très saillants). La matière reste un peu creuse.



19. Giuseppe Mascarello : Barolo “Vigna Santo Stefano di Perno” 2005
Vin malheureusement bouchonné.

A titre indicatif : Barolo Giuseppe Mascarello Monprivato 2001 : 27/3/10 - 16/20 (LG)
Nez délicat : fraise, rose, poivre, amande, camphre, anis. L'ensemble s'accompagne d'une note de champignon. Bouche sans tapage mais cohérente, relativement acide et tannique.



20. Giuseppe Mascarello : Barolo “Monprivato” 2000
DS17 - PR17,5 - LG16,5 - MS17,5 - FM17 - AA18 - MF17
L’évolution se traduit par des notes de cerises à l’eau de vie, de fourrure, d’Amaro. Tannins et alcool sensibles, en raison d’une défaillance de pulpe.

A titre indicatif : Barolo Giuseppe Mascarello Monprivato 1995 : 18/9/2015 - 16/20 (LG)
Nebbiolo coriace, qui pourrait mal évoluer en séchant.



21. Giuseppe Mascarello : Barolo “Monprivato” 1994
DS15,5 - PR15,5/16 - LG14,5 - MS(15) - FM15 - AA16 - MF16
Le vin présente un bouquet tertiaire trop précoce : jus de viande, tabac, sauce soja prononcée. La matière me semble anormalement amère, trop friable. Comme Miguel, je pense qu’une autre bouteille (moins fatiguée ?) serait bienvenue.



22. Giuseppe Mascarello : Barolo “Monprivato Riserva Ca d’Morissio” 2003
DS17,5/18 - PR18+ - LG18 - MS18 - FM18 - AA18,5 - MF17,5
On décèle un énorme jus minéral dans ce 2003, très structuré, encore très jeune, inaltérable. Longue garde prévisible. J’avais trouvé le 2004 (18,5/19) un peu plus délié/radieux et d’une jeunesse complexe il y a quelques années (dans le style de Rayas).






En guise de conclusion



Un grand cépage (en puissance racée), travaillé par un producteur traditionnel réputé … et au final un parcours hors norme (avec des vins pirates qui ne s’en laissent pas compter). Le package acidité/alcool/tannins propre au nebbiolo y porte des goûts longs et typés, parfois propulsés par de la volatile, rarement vraiment dérangeante.

La Vigna Santo Stefano di Perno, très indisciplinée, dévoile un profil plus rustique. Sans surprise, le Monprivato possède un indéniable supplément de fond, un fort impact sur une grande allonge.

2012 est très prometteur, 2011 facile d’accès mais avec beaucoup de tenue, 2009 de grand standing (la grâce faite nebbiolo, encore plus pour le formidable Monprivato). Le millésime 2010, encore rétif, vous tient à bonne distance.

Comme lors de la dégustation des splendides baroli de Burlotto, j’ai éprouvé plus d’intérêt pour les vins jeunes (alors que je préfère de loin les grands Bordeaux après un vieillissement de 20/25 ans). Je me garderai toutefois de toute conclusion hâtive quant à la longévité réelle de ces vins (l’imposant Ca d’Morissio 2003 étant un vin hiératique un peu à part). Mais disons que le nebbiolo travaillé ainsi à l’ancienne s’aborde plutôt bien dans l’équilibre et l’explosive complexité de sa jeunesse florale et fruitée.





Également…



J. J. Prüm Riesling Wehlener Sonnenuhr Kabinett 2007 (AP30/08)
LG16,5 - AA16 - DS16,5 - MS16,5/17 - MF17 - FM16,5 - PR16
Représentatif du style maison, résolument protégé en soufre. Eclat, netteté, pour des parfums de lys, de citron, de pierres chaudes, de cassis, de lait de coco. Extrêmement digeste/friand.


Champagne Ulysse Collin Les Pierrières
LG17,5 - AA18 - DS17 - MS17 - MF17 - FM17 - PR17,5
Base 2009. Bel exemple d’excellent champagne de producteur, long, vigoureux. Goûts précis rappelant la poire et le fenouil. Le “base 2013” bu récemment au Bacaro était également une réussite notable.


François Cotat Sancerre Grande Côte 2005
LG17 - AA18 - DS17,5+ - MS17,5/18 - MF17,5 - FM18 - PR17,5+
Un vin facilement identifiable, avec cet esprit de sureau, impérial et gourmand. Jaillissement de citron, fleurs lourdes et pierres chauffées, un peu comme chez Prüm finalement.


Roumier Chambolle-Musigny 2014
LG16,5 - AA16 - DS16,5 - MS16,5 - MF15,5 - FM16 - PR16,5
Propos plutôt vibrant sur le kirsch, les épices, la betterave cuite au feu de bois (ce goût fumé des betteraves de mon tonton Joseph). Accents végétaux assez marqués (patate douce, tulipe) et profil peut-être un peu terrien pour cette AOC, racinaire (cf. les 2004). Il faudra suivre son évolution.


De Bartoli Marsala Superiore 10 anni
LG17 - AA16,5 - DS16,5 - MS17 - MF17 - FM17 - PR16,5
Rancio fortifié, avec une belle acidité de citron vert et une légère sensation sucrée. Difficile de ne pas s’égarer du côté de Madère, en cépage verdelho.


Sauternes Château d’Yquem 1998
LG17,5 - AA15,5 - DS16 - MS17,5 - MF16,5 - FM17,5/18 - PR16
Un botrytis de grande qualité, net, fin, long. Saveurs évoquant le safran, les pâtisseries orientales, la datte, les fruits confits, le pain d’épices. Il me semble toutefois que son vieillissement semble un peu accéléré. Pas certain qu’il faille l’attendre encore longtemps.

laurent gibet
Serious Poster 90 Pts
Posts: 296
Joined: Mon Jan 31, 2011 8:57 am

Re: Giuseppe Mascarello's great Barolos + a few others

Postby laurent gibet » Wed Jan 11, 2017 7:32 am

...
Last edited by laurent gibet on Wed Jan 11, 2017 7:34 am, edited 1 time in total.

laurent gibet
Serious Poster 90 Pts
Posts: 296
Joined: Mon Jan 31, 2011 8:57 am

Re: Giuseppe Mascarello's great Barolos + a few others

Postby laurent gibet » Wed Jan 11, 2017 7:34 am



Return to “Wine & Food Talk”

Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 1 guest